DABBER : la nouvelle Sensation Cannabique made in USA

Budder (cire) extrait de Cannabis

Qu’est-ce que les Dabber ?

Il n’existe pas de définition officielle du terme « dabs » et il est difficile de dire si ce « nouveau mot » va officiellement entrer dans la langue américaine ou même dans la langue française… En tous cas, quand je vois quelqu’un en train de consommer du dab, c’est facile à reconnaître !

Pour simplifier les choses au maximum, le dab consiste en une forme super concentrée de Cannabis obtenue par raffinage et désigne en même temps un mode de consommation particulier de ces extraits concentrés en THC.

Selon le Urbandictionary.com, la définition de « dabs » est (traduction) :
« Le BHO (Butane Hasch Oil) est une forme de Cannabis Médicinal extrait de la plante et concentré sous forme d’huile fumable. Il s’agit également d’un adjectif qui définit l’état d’esprit des consommateurs de BHO ou « dabs »

Cette définition sous-entend que le dab est lié au Cannabis médical mais la plupart des consommateurs n’ont pas l’air d’être malades…
Les consommateurs de BHO sont donc des dabs (qui consomment du dab). Bref, français ont dirait ça tout simplement « Vaporiser ou fumer du BHO »

Mais alors, qu’est qu’un dabber ?

Un autre terme courant quand on parle de dabs et le terme dabber. Le dabber n’est pas celui qui consomme du dab mais désigne la pipe et l’outil pour consommer le dab.

Comment consommer le dab ?

La combustion c’est du poison…

Le dab se consomme à l’aide d’un dabber et d’un petit outil à pointe fine. Sur la pointe de cet outil, on pique une petite boulette d’extrait concentré afin de doser, de manipuler facilement le produit et le faire entrer en combustion dans la douille de la pipe. Il est souvent fumé dans un bang avec une douille spéciale qu’il faut chauffer au gaz (un peu comme avec l’opium).

Vaporiser du dab ?

Vaporisateur Portable Hammer
Vaporisateur Portable Hammer

Certains fabricants de vaporisateurs proposent même des accessoires spéciaux pour les dabs. Le vapo portable à gaz Hammer est un de ces modèles adaptés aux dabs. Pour les amateurs, un kit spécial dabber est proposé avec l’appareil. La majorité des autres vaporisateurs permet également la consommation de dab mais avec certains modèles, il est nécessaire d’utiliser une petite coupelle pour placer l’extrait dans la chambre de vaporisation sans qu’il vienne se coller sur la paroi ou sur l’élément de chauffe et risquer d’endommager l’appareil.

La folie Dabs se répand aux USA

Evidemment, les états les plus avancés sur la réforme du Cannabis se placent en tête (Colorado, Washington et Californie). Le phénomène gagne en popularité aux USA où les « Dabs » imposent une nouvelle tendance de consommation du Cannabis. Ces consommateurs d’extraits de Cannabis font évoluer les techniques d’extraction (CO2, butane ou alcools) à force d’expérimentation. De nombreuses questions se posent quant aux différentes formes que ces extraits peuvent prendre. Je me suis dit qu’il fallait faire le point sur les 3 grands types de concentrés : cristal, cire et huile

Ces explications sont théoriques, n’essayez pas de reproduire cette expérience chez vous. Le Cannabis c’est illégal et la drogue c’est mal.

Le cristal ou « Shatter »

Extrait cristalisé de Cannabis (shatter)
Extrait cristalisé de Cannabis (shatter)

Un aspect lisse, translucide et une consistance dure et cassante. Cette forme est la plus puissante car la plus concentrée en THC, elle peut atteindre 80% de pureté. Ce cristal de Cannabis concentré est atteint grâce à une méthode de raffinage qui consiste à débarrasser votre cire ou huile du maximum de ses lipides et terpènes puis en faisant sécher le produit jusqu’à la phase cristalline (ce qui représente aussi un défi apparemment).

Cela nécessite parfois 2 phases de raffinage successives selon la méthode employée. Donc, beaucoup de travail.

Certains diluent leur cire ou huile avec de l’alcool (vodka), laissent reposer au frigo pendant 24/36h pour coaguler les cires et lipides restants et filtrent ensuite. Le liquide récupéré est placé dans un bain-marie jusqu’à réduction puis sur un papier sulfurisé pour terminer la cristallisation. Du fait de l’absence des terpènes, le produit obtenu perd pratiquement tout l’arôme naturel et suave de la weed.

Ce type d’extrait est très rare et coûteux car il nécessite beaucoup de Cannabis pour peu de produit final et s’obtient au prix de beaucoup de travail de raffinage avec des solvants et/ou du gaz sous pression dont l’utilisation peut être très dangereuse (explosion, allergie, intoxication,…).

Effriter BHO
Effriter BHO

Plusieurs forums rapportent que les dabbers préfèrent utiliser de la weed sèche plutôt que fraîche pour réaliser leurs extractions. En effet, une matière première fraîche contient beaucoup plus de fluides à éliminer par la suite. Lors du séchage, la dégradation chimique des molécules organiques tend également à rendre l’opération plus aisée.

Certains des témoignages démontrent que les dabbers poussent le délire très loin en termes de chimie. Par exemple, il est possible de voir des exemples de méthode de raffinage maison incluant l’utilisation de benzène afin d’améliorer le séchage du produit final et mieux obtenir le « glass grade » du cristal. Ces apprentis chimistes ont donc déjà dû se blesser et s’intoxiquer avec ce type de manipulation de produits dangereux.

La cire ou « Budder »

Budder (cire) extrait de Cannabis
Budder (cire) extrait de Cannabis

Il contient beaucoup plus de terpènes, ce qui lui donne un arôme beaucoup plus puissant mais un effet moins psychotrope car le produit est moins concentré en THC que le cristal. Cette pâte un peu cireuse d’extrait de Cannabis est concentrée jusqu’à 70% en THC.

Ce type d’extrait est préparé à l’aide d’Alcool isopropylique ou d’alcool éthylique (vodka triple distillation) avec lequel il faut tout d’abord préparer une teinture alcoolique (on mélange le tout au mixer) puis après avoir filtré, le liquide est placé au bain-marie pour faire évaporer l’alcool et ne garder que le dépôt restant, la cire. Elle est ensuite battue pour lui donner une consistance onctueuse.

Le BHO (Butane Hasch Oil)

BHO huile Cannabis
BHO huile Cannabis

L’huile est la forme la moins raffinée de tous les extraits. Elle est visqueuse et collante et est difficile à manipuler. Elle est aussi la forme la plus goûteuse car elle peut retenir l’ensemble des terpènes, des lipides et des cires naturelles de la weed. Cette huile est aussi appelée « Honey Oil » ou encore « Butane Hash Oil » aux USA. Il s’agit en fait d’une extraction réalisée avec du butane (gaz à briquet) qui est ensuite évaporé pour ne garder que le THC et les fluides de la Weed.

Elle est la forme la moins concentrée, donc la moins puissante, mais elle est aussi la plus goûteuse.

Comment faire du BHO ?

La technique habituellement employée consiste à placer la matière première (weed finement hachée) dans un tube de verre est de faire passer le butane au travers. De l’autre côté du tube, le gaz chargé d’alcaloïde est récupéré et placé sur un support chauffant ou dans un bain-marie pour laisser le gaz s’évaporer.

Extraction à l'aide de butane et d'un tube à essai perçé
Extraction à l’aide de butane et d’un tube à essai perçé

Des kits d’extraction pour bricoleur du dimanche sont vendus sur Internet mais certains vont beaucoup plus loin et utilisent des machines très perfectionnées qui permettent de placer le tube sous vide d’air avec une pompe pour une action optimale du butane.

La fabrication d’extraits de Cannabis se professionnalise et certains expérimentent déjà des techniques très pointues nécessitant des investissements financiers très conséquents.

 

Sources :
weedporndaily.com – hash-and-concentrates
alltreatment.com – Just a Little Dab’ll Do Ya
forum.grasscity.com – My first shot at making BHO…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *