Sativex : médicament au cannabis en France

Sativex, un médicament en spray au cannabis

Une autorisation historique : le Sativex

Une date à retenir.

Sativex
Sativex

Ce 9 Janvier restera un jour historique pour l’évolution de la perception du cannabis dans notre société française. C’est en effet ce jour qu’a été rendue officielle l’autorisation de mise sur le marché (AMM) du médicament Sativex -composé d’un équilibre en tétrahydrocannabinol (THC) et cannabidiol (CBD)- par l’Agence Nationale de Sécurité des Médicaments (ANSM).

Volonté d’ouverture sur le sujet du cannabis ou lobbying de la part d’un laboratoire ?

C’est d’abord en juin 2013 que la ministre de la Santé, Mme Marisol Tourraine, a ouvert par décret la possibilité aux laboratoires pharmaceutiques de solliciter une demande de commercialisation de médicaments dérivés du cannabis.
Si on trouve ici la preuve d’une véritable volonté politique d’évolution, celle-ci est aussi le résultat des pressions qu’a subi la ministre. L’AMM est, certes, le résultat de trois ans de discussion, mais c’est seulement après que le distributeur du Sativex en Europe ait déposé un recours devant le Conseil d’État que la situation a commencé à évolué.
Christophe Vandeputte, le patron français du laboratoir Almirall, qui commercialise le Sativex en Europe, dit bien que c’est «  un dossier explosif, dans un environnement délicat », mais qu’il est clair que cette décision est « une bonne nouvelle pour les patients français, presque les derniers en Europe à ne pas pouvoir bénéficier du Sativex ».

Des limites de prescription importantes

Une mise en place inachevée

Pour ce qui est des questions de tarifs et de remboursement, rien n’a encore été fixé, et si l’AMM a été rendue officielle, elle n’est qu’une première étape. Le dossier doit maintenant être soumis à la Haute Autorité de Santé et au Comité Économique des Produits de Santé. Le lancement final n’est pas prévu avant 2015, au mieux.
Les pronostics sur le nombre de patients qui pourraient en bénéficier sont d’ores et déjà contradictoires selon leur émetteur. L’ANSM avance 2000 patients potentiels quand Almirall table sur 5000.

Une avancée sous haute surveillance

Selon « lemonde.fr », si « un tabou est brisé », force est de constater que « l’utilisation sera extrêmement restreinte ». Le ministère insiste d’ailleurs sur le fait qu’il «  ne s’agit pas de légalisation du cannabis thérapeutique », l’utilisation de celui-ci dans les préparations magistrales et sa consommation pour soulager les douleurs ou pour un usage récréatifs restent fermement proscrites.

Sativex : médicament spray au Cannabis
Sativex : médicament spray au Cannabis

La prescription du médicament est très limitée. Sa préconisation thérapeutique est restreinte à certains pathologies et dans certaines conditions uniquement. Il sera accessible aux seuls malades de la sclérose en plaque, pour le traitement de la spasticité (les contractures) des patients adultes qui sont résistants à d’autres traitements. La prescription sera réservée aux neurologues et aux médecins rééducateurs hospitaliers. L’ordonnance n’aura qu’une validité de six mois, contre deux ans pour la majorité des médicaments, et ne pourra courir que sur vingt-huit jours. Le renouvellement pourra bien entendu se faire chez un généraliste, afin d’éviter aux patients, dans ce cas fréquemment limités dans leurs possibilités de déplacement, de devoir se rendre à l’hôpital systématiquement. Pour la même raison la distribution sera assurée par les pharmacies de villes, et non uniquement par celle des centres hospitaliers. Le produit sera conservé au frais et, comme les médicaments de la catégorie des opiacés, dans un coffre. Ainsi, Nathalie Richard, de la direction des médicaments en neurologie, psychiatrie et stupéfiants de l’ANSM, affirme que les chiffres de vente du médicament seront surveillés de très près. Il s’agira de limiter les abus et les prescriptions hors AMM, comme par exemple celles qui tendraient à atténuer les nausées dues à la chimiothérapie ou à pallier au manque d’appêtit des malades du VIH.

Des patients oubliés

Le cannabis reste interdit aux malades !
Le cannabis reste interdit aux malades !

Pas étonnant si certains se laissent tenter par de l’huile au CBD achetée sur le Net… On ne peut que remarquer les nombreuses limites de cette apparente avancée. Pour les malades surtout, puisque de nombreuses catégories de patients restent exclues de ce progrès des mentalités des autorités médicales. Fabienne Lopez, la présidente de «  Principes Actifs », association d’usagers de cannabis thérapeutique, est d’ailleurs très claire sur sa déception quant aux restrictions d’usage du médicament : « ça laisse beaucoup de gens sur le côté (…). Dans d’autres pays le Sativex est prescrit pour de nombreuses pathologies », dit-elle.
Jean-daniel Flaysakier, médecin et journaliste à France2, souligne lui aussi que malgré la pérennité des lacunes des études scientifiques à ce sujet, les médicaments dérivés du cannabis ont un rôle fondamental à jouer en médecine, et notamment pour les malades atteints du cancer.

Un pas crucial vers une ouverture qui effraie encore

On notera que les interlocuteurs officiels restent très prudents dans leurs déclarations, insistant sur une décision singulière exempte de toute portée plus générale sur l’ouverture de la législation concernant le cannabis.
Chaque article trouvé dans la presse française qui aborde le sujet du sativex souligne avec une étonnante similarité que la composition du médicament d’une part empêcherait l’apparition d’une dépendance pour le patient, et d’autre part restreindrait la potentielle attraction pour les consommateurs de joints, puisque l’équilibre entre THC et CBD, non-content de réduire les effets secondaires bien connus comme l’anxiété, la fatigue, un certaine ivresse(…), rend le médicament, présenté en spray buccal, très peu efficace pour un usage récréatif tel que le recherchent les consommateurs de joints ou de vaporisateur électrique. S’il s’agit certes de caractéristiques techniques réelles, la répétition de ces précisions laisse supposer un impératif de prudence.

On peut donc dire que, oui, une première avancée vers un usage médical responsable du cannabis a eu lieu, mais rien n’est fait, et nous sommes encore bien loin d’avoir brisé un tabou.

 

Sources :
Le Sativex, médicament à base de cannabis, autorisé en France
Le Monde.fr | 09.01.2014 à 09h03. Par Laetitia Clavreul et Chloé Hecketsweiler

Le cannabis, une drogue aux vertus thérapeutiques
LE MONDE | 11.12.2009 à 14h43. Par Martine Laronche

Pourquoi l’autorisation du Sativex, dérivé du cannabis, est un tournant
francetvinfo.fr | 


Le Sativex autorisé sur le marché : un prétexte pour évoquer la légalisation du cannabis

leplus.nouvelobs.com | 10-01-2014 à 16h08. Par Michel Lejoyeux, Psychothérapeute.

2 thoughts on “Sativex : médicament au cannabis en France

  1. Bonjour !
    L’utilisation d’un nouveau médicament le sativex a base de cana-bise qui sert a une multitude de thérapie et prescrit par les médecins comme un anti -douleur chez des patients qui possèdent des maladies incurables et qui est prescrit sous forme de calment est une bonne initiative sauf si ce médicament restera un médicament qui soit administrer par voie orale sous forme de spray ou bien de gellule uniquement et en aucun cas soit d’une manière qui soit fumé (juins ou bien cigarette )afin de éviter le dérangement des personnes qui entoure l’utilisateur de cette substance et qui doit être en spray et non pas fumée ! le cana-bis restera une drogue si cette matière est utilisé en dehors du domaine médicale et tout utilisateur de cette matière est passible d’un arrêt immédiat au moment de son utilisation au volent de son véhicule comme l’alcool est une substance qui met la vie des usagers de la route en danger !

  2. Vous imaginez un médicament qui « marche » mieux que ceux, souvent toxiques dans leurs effets secondaires, de l’industrie pharmaceutique ?
    Mais, mon bon monsieur, jamais nos politiques autoriseront cela vu qu’ils sont assujettis au Grand Capital !
    CQFD !

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.